La fièvre migratoire européenne

L’Europe connait depuis plusieurs semaines un vrai tsunami migratoire. Chaque jour ses bords sont couverts par les vagues des demandeurs d’asile de l’Afrique et du Proche Orient. Or, ces voyages ne tournent pas toujours comme prévu. Ainsi, hier deux bateaux se sont renversés dans la Méditerranée près du Liban avec 500 passagers à bord venant de l’Afrique du Nord. 200 personnes sont mortes, tandis que le sort de 110 autres reste méconnu. Une autre nouvelle de choc est venue de l’Autriche, où, à côté de la frontière avec la Slovaquie et la Hongrie, la police a découvert un camion avec 71 cadavres de migrants asphyxiés.

Qu’est-ce qui a provoqué la fièvre migratoire qui a contaminé les pays de l’UE ? Les européens sont-ils prêts à cette invasion du Sud ? Notre correspondante en France commente cette vague la plus importante depuis la Deuxième guerre mondiale de migration des peuples.

 
Il parait que les étudiants en France sont plus préoccupés par leurs retraites que par leurs études. Ils savent que, de toute façon, ils vont obtenir leurs retraites, c’est juste le montant qui les inquiète. Les Français se comportent comme s’ils étaient préprogrammés : par exemple, ils savent que s’ils obtiennent une spécialisation, ils ne pourront jamais trouver un travail dans un autre domaine. Ainsi, après deux ans comme « responsable du nettoyage de grande surface», le Français ne deviendra jamais « responsable du pressing ». Les gens ne sont pas prêts à changer à évoluer, et le mythe de l’Etat-providence qui s’occuperait de ses sujets pendant les intempéries est devenu une idéologie acceptée par la majorité de la population.

 
Ainsi passe la vie. Sans douleurs, sans crises, sans stress et sans efforts. Les gens perdent leurs réflexes de survie, du combat pour la vie meilleure, et même les tourments de la création deviennent tellement insupportables que beaucoup de gens baissent les bras. Un moindre courant d’air est traité comme un ouragan, 30 mails par jour comme « un fort stress au travail », alors que les femmes ne savent plus ce que signifie accoucher sans péridurale. L’aspiration prépondérante de vivre un confort stable, sans douleur et sans dépression, est une des raisons d’ignorer consciemment et totalement les symptômes de la crise de la civilisation européenne. En particulier la disparition des bases de l’UE : la liberté de parole, la liberté de libre circulation et du marché libre.

 
En effet, il faut traiter la crise économique qui défie le marché libre. Quand suite à la guerre des sanctions le porc français est remplacé par le porc allemand ou polonais, l’appel de Paris à « manger français » même si son prix est plus élevé contredit les principes de la concurrence du libre marché européen. Et les interminables subventions de l’agriculture française ces derniers 50 ans sont plutôt une tradition nationale que le besoin réel des agriculteurs pour développer leurs affaires.

 
Enfin, la crise de la zone Schengen qui a ressurgit cet été de nouveau. Des dizaines de milliers des migrants du Proche Orient se sont précipités, tout d’abord, en Allemagne et en France, les deux piliers de l’UE. Encore le printemps passé les pays européens continuaient à jouer les rôles des sauveurs prêts à accueillir sous leurs ailes « les pauvres » de la Syrie, de l’Érythrée, du Soudan, de l’Iran et du Pakistan, mais aujourd’hui les actualités venant des frontières européennes rappellent surtout les communiqués de guerre.

 
La Macédoine protège ses frontières, sans être capable d’accueillir les migrants même pour une courte durée. Les Turcs écorchent les Syriens pour un billet simple pour « une promenade maritime » illégale de nuit en Grèce. L’Italie ne sait plus quoi faire avec les migrants clandestins africains, tandis que la France rentre en conflit avec la Grande Bretagne pour se procurer le droit de ne pas retenir les flux de migrants illégaux à ses frontières.

 
Cette dernière décennie en France il était plus convenable de soutenir (ou au moins compatir) les ONG, comme « l’Auberge des migrants ». Le but de cette association, basée à Calais, à la frontière franco-britannique, est de donner aux migrants les repas et les habits chauds, leur proposer un abri par temps de pluie et de la neige. Aujourd’hui il n’y a que les Médias nationaux et les politiques qui continuent ce discours des hommes justes. Les riverains des camps de migrants ainsi que les médias locaux commencent à contredire cela de plus en plus fort. Ils fondent leurs propres associations, telle que « Sauvons Calais ! » Le site de cette association est devenu comme un pot d’échappement de la colère des habitants de Calais, qui refusent d’aider les migrants au détriment de leurs propres intérêts. En août, l’association a publié sur Internet plusieurs vidéo témoignages sur la vie à Calais. L’une des femmes, par exemple, raconte l’histoire de sa mère, riveraine du camp de migrants. Cela fait déjà neuf fois que ceux-ci ont tenté de la cambrioler. Sous le stress, elle a perdu la parole, alors qu’on a ouvert le dossier contre sa fille qui, pour faire peur aux voleurs, a crié qu’elle allait sortir le fusil s’ils rentraient à la maison. En attendant, la police refuse d’intervenir dans la zone, en la laissant à la merci des migrants et à la justice sommaire des riverains.

 
Ce type de témoignages est trop politiquement incorrect pour être cité ouvertement en France. Les médias préfèrent couvrir les agressions des migrants illégaux par les habitants de la ville et la vie des migrants, « remplie de désespoir et de peur ». Enfin, la défense du droit des minorités n’est pas neuve dans le pays des croissants. Accorder le droit au mariage et aux adoptions aux gays (en changeants pour tout le monde des termes « père » et « mère » contre « parent 1 » et « parent 2 ») ou le droit au menus halal pour toutes les cantines d’école est une sorte d’indulgence pour avoir la conscience propre et garder sa vie confortable.

 
Les problèmes ne commencent que là où le confort de la majorité devient plutôt conditionnel que réel. Il y a plus de chômeurs en France que de musulmans, et la moitié de la population du pays travaille pour des salaires de misère selon les critères locaux. Ces salaires ne sont même pas imposés car ils ne sont suffisants que pour payer le loyer et nourrir la famille. Et c’est là où prend la source la crise de l’UE : comme dans la pyramide de Maslow, les gens pensent en premier à leurs besoins physiques, et ils n’ont ni argent ni besoin de se soucier de salut de leurs âmes.

 
Mais là où les besoins physiques ne sont pas satisfaits, les conflits physiques ne sont pas loin non plus… Le juillet passé a vu venir trois fois plus de migrants que le juillet de 2014. Londres a accusé Paris de ne pas retenir les migrants illégaux à ses frontières en les laissant pénétrer l’Angleterre. Le problème est que la frontière n’existe pas vraiment… Il y a une semaine que les pays-voisins ont signé l’Accord de coopération ayant pour but d’assurer la sécurité de La Manche, et la Grande Bretagne est prête à donner 35 millions d’Euros pour augmenter la quantité de policiers et pour améliorer les conditions de vie des migrants pendant qu’ils attendent le traitement de leurs dossiers de demandeurs d’asile. Mais tout cela n’a rien à voir avec les mesures structurelles.

 
Aujourd’hui l’Union Européenne doit avouer qu’elle n’est pas capable d’accueillir une telle quantité de migrants. Mais qu’est-ce qu’elle fera après ? Rétablira-t-elle les contrôles des passeports aux frontières de ses pays-membres ou commencera-t-elle à construire les murs de défense aux frontières de l’Europe, comme le faisaient les habitants de l’Empire Romain contre les barbares ? Se rapprochera-t-elle des pays du Proche Orient au lieu de prendre l’argent des pays les plus riches de la région pour aller bombarder leurs voisins les plus pauvres ?

 
On sait comment finit l’histoire de Rome. Il nous reste à comprendre si les Européens vont suivre l’exemple de leur illustre ancêtre.

 
// Elena Razvozzhaeva, correspondante en France du quotidien de Saint-Pétersbourg Nevskoye vremya. La Photo : AFP.
Nevskoye vremya, le 29 août 2015:
http://nvspb.ru/tops/evropa-povtoryaet-sudbu-rimskoy-imperii-58606

One thought on “La fièvre migratoire européenne

  1. I’ve been browsing online more than 4 hours today,
    yet I never found any interesting article like yours. It is pretty worth enough
    for me. In my view, if all website owners and bloggers made good content as
    you did, the web will be much more useful than ever before.

Leave a Reply